Source : LEMONDE.FR 

   

 
La nouvelle Constitution est un premier vers l'intégration à l'Union européenne prévue en 2007. Toutefois, Bucarest devra encore mettre en œuvre des réformes importantes pour rejoindre les 25.
Les Roumains se sont prononcés par référendum, dimanche 19 octobre, sur la nouvelle Constitution du pays, harmonisée avec la législation de l'Union européenne. Selon le bureau électoral central, 54,4 % des électeurs inscrits ont voté lors de cette consultation, organisée sous la devise "Oui à l'Europe". Les premiers résultats officiels partiels seront connus lundi matin.
La quasi-totalité des formations politiques, à l'exception notable du parti d'extrême droite Romania Mare, ayant appelé à voter en faveur de ce texte, il est quasiment certain que le "oui" a recueilli la majorité des voix exprimées, soulignent les analystes. "Le vote pour la nouvelle Constitution représentait un enjeu majeur pour nous, et j'avoue avoir eu beaucoup d'émotions", a indiqué le premier ministre, Adrian Nastase. "L'adoption de cette nouvelle Constitution représente un signal positif à l'adresse de l'Occident, et je suis content que les Roumains aient répondu à ce défi", a déclaré le président Ion Iliescu. "La société roumaine a fait un pas important en avant", a-t-il ajouté.
La nouvelle Loi fondamentale prévoit notamment pour la première fois le droit des citoyens roumains  d'être élus au Parlement européen, ainsi que le droit des Européens d'occuper des fonctions éligibles dans l'administration locale en Roumanie et d'y acheter des terres, avec une période de grâce allant de  cinq à  sept ans après l'entrée du pays dans l'UE, prévue en 2007.
Les analystes estiment toutefois que l'adoption de la nouvelle Constitution ne représente pas en soi une "garantie" de l'intégration de la Roumanie dans l'UE, Bucarest devant encore mettre en œuvre des réformes importantes pour rejoindre les 25.
ATTIRER LES ROUMAINS AUX URNES
Quelques heures avant la clôture des bureaux de vote, toutefois, l'incertitude avait plané sur l'issue de ce scrutin, en raison de la faible mobilisation des Roumains. Devant le risque d'une invalidation, le Parti social-démocrate (PSD, au pouvoir) avait demandé aux présidents des conseils locaux de "trouver des solutions" pour inciter les Roumains à remplir leur devoir électoral.
Selon plusieurs témoignages, à la suite du mot d'ordre du gouvernement d'impliquer davantage les prêtres dans le succès de cette consultation, les fidèles de nombreux villages ont été regroupés en colonne dès la fin de la messe dominicale et conduits aux bureaux de vote.
Dans plusieurs départements du nord de la Roumanie, les électeurs étaient encouragés avec la promesse de prise en charge par la mairie des factures de chauffage pour le mois en cours, tandis que dans le département de Cluj (centre-ouest du pays), des responsables des bureaux de vote ont fait savoir que les retraites ne seraient versées qu'aux personnes âgées ayant voté. A Bacau (est du pays), les Roumains ayant accompli leur devoir électoral étaient invités à participer à une loterie mettant en jeu une dizaine de téléviseurs.
"La Constitution aurait été adoptée même sans les artifices auxquels a eu recours le PSD", a estimé le président du Parti national libéral (PNL, opposition), Theodor Stolojan. "La législation roumaine interdit explicitement de promettre aux gens des avantages matériels pour les convaincre d'aller voter", a pour sa part déclaré le sociologue Cristian Pirvulescu, selon qui l'association dont il est le président, Pro Democratia, va dénoncer ces "abus" auprès du bureau électoral central et du parquet.
 
 Près de 90% des électeurs roumains ont approuvé les modifications constitutionnelles visant à aligner la loi fondamentale roumaine sur le droit européen lors du référendum organisé ce week-end, a annoncé mardi la commission électorale.

Selon les résultats définitifs après dépouillement des suffrages dans tous les bureaux de vote, 89,70% des votants ont dit "oui" à la réforme constitutionnelle, contre 8,81% de "non". Le taux de participation s'est établi à 55,7%, donc au-delà de la barre des 50% requise pour valider le scrutin.

La Roumanie espère adhérer à l'Union européenne en 2007.

  
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!