Camping devant le consulat pour obtenir un job en Italie

Médecins, pharmaciens, infirmières, personnel soignant, font la queue devant le consulat d’Italie à Bucarest pour obtenir un job correspondant à leurs qualifications dans ce pays. Les offres sont alléchantes : contrat de trois ans et un salaire mensuel de 1600 € (10 600 F) au lieu des 4 millions de lei (110 €, 730 F) qu’ils gagnent sur place. Mais il ne faut pas les rater car elles ne se présentent que deux ou trois fois par an et dans un laps de temps limité à deux ou trois jours.

Les candidats doivent entreprendre un véritable parcours du combattant et franchir de nombreuses barrières administratives. Quand ils sont en possession d’une offre de travail, il leur faut d’abord en aviser le ministère de l’Enseignement et de la Recherche, puis celui de la santé et de la Famille, des Affaires étrangères, de la Justice. Outre l’attente interminable, ces démarches coûtent déjà l’équivalent de quatre mois de salaires.

Vient ensuite le plus difficile, le consulat, pour déposer le dossier d’équivalence de diplômes. Près d’un millier de demandeurs y ont fait la queue début mai, parfois plusieurs jours à l’avance… pour obtenir un numéro permettant d’y entrer. Certains sont venus à l’avance avec des fauteuils ou lits pliants, des coussins ou cartons, s’apprêtant à passer plusieurs nuits sur place. Le parc voisin est envahi. Un médecin de Timisoara a dormi trois nuits de suite sur le toboggan où jouent les enfants. Une infirmière de Iasi s’est enfoncée dans son sac de couchage, sa tête reposant sur un tronc d’arbre.
Souvent cette attente n’est pas récompensée. Le consulat ne reçoit que de 9 h 30 à 13 h et les heureux élus autorisés à y pénétrer ne sont pas ceux qui étaient prévus. Les listes affichées par le service d’ordre changent soudainement, parfois à quatre heures du matin, sans qu’on en sache les raisons, ni les critères retenus pour cette ultime sélection imprévue. « Imprévue ? Non pas trop » s’exclame une jeune assistante médicale de Slobozia, qui n’a obtenu qu’un jour de congé pour venir déposer sa candidature et paraît désabusée : « il doit bien y avoir quelques pourboires là-dessous ».

  
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!