>
 


 


 Gratuit

Recevez un numéro gratuit de la revue

 L'Information

Accueil  Informations

A la une

Le Blog-news

Les Nouvelles de Roumanie

Interferences

La Roumanie et l'UE

Economie NEW

Faits Divers

Les minis dossiers

Daxia x-90

 

Les médias

Manifestations

 

Forum

Sondages

 

 Editos

 Dernieres

Des soldats en Irak
Vivre avec l'argent de l'etranger
Traila homme de principe
Carrefour investit à Brasov
Mandats ou affaires
Nourris grace à la charité
Corruption la colere de l'ambass. des USA
Agriculteur aujourd'hui
Lrole d'avant garde

 

 

 Publicité

 

L'EDITO

.:EDITORIAL N°21:.
 L’année de tous les dangers
En 2004, les Roumains vont être appelés à renouveler tout le personnel politique, des maires au Président de la République. Si, trois ans après son retour aux commandes la majorité caracole en tête des sondages avec un score supérieur à celui des élections de 2000, cette performance ne doit pas faire illusion… Le gouvernement enregistre là  le bénéfice de succès internationaux : l'adhésion à l'OTAN, la marche vers l'UE et l'ouverture des frontières de l'Espace Schengen.
 :Suite de l'édito:.   

 .:A LA UNE:.

.1,7 millions de Roumains travaillent à l'étranger
1,7 millions de Roumains travaillent à l'étranger, trois quarts bénéficiant d'un contrat en bonne et due forme, un quart travaillant au noir.:Lire la suite:.
 
« Monsieur le Premier ministre, combien coûte un pain ? »
Les journalistes d’« Evenimetul Zilei » (« L’Evénement du Jour ») ont refait à Adrian Nastase le coup que leurs collègue français avaient réservé à Valéry Giscard d’Estaing .:Lire la suite:.
 
Après l’île aux Serpents et ses réserves de pétrole, un canal ukrainien pour relier le Danube à la Mer Noire Les autorités ukrainiennes envisagent de construire un canal qui relie le Danube à la Mer Noire par l’estuaire Bystroe qui traverse la réserve naturelle du Delta, pour permettre à leur pays d’avoir une voie d’accès navigable à la mer. Inquiet des conséquences à venir sur l’environnement, le ministre roumain des Affaires étrangères, Mircea Geoana, a sollicité des informations à ce sujet, les avertissant sur leur obligation de consulter au préalable leurs homologues roumaines. .:Lire la suite:.
Moins de deux kilos de café par an, produit considéré de luxe
Ne représentant déjà que le tiers de la consommation moyenne annuelle de café des Européens (1,8 kg par personne contre 5,3 kg), celle des Roumains a tendance à baisser de 3 % par an, du fait du prix prohibitif qu’il atteint et de la faiblesse générale des revenus. Le coût d’un paquet de 250 g peut dépasser celui d’un kilo bas de gamme en France ou être équivalent à celui d’un café de qualité.
Pour les distributeurs, le niveau élevé des taxes, qui viennent encore d’être augmentées, (800 € la tonne pour le café en grains, 5000 € pour le café instantané) explique pour une large part ce phénomène, mais aussi les trafics de contrebande et de marché noir auxquelles elles donnent lieu, et il fait entrer le café dans la catégorie des produits de luxe. La marché annuel roumain du café en grains est estimé à seulement une centaine de millions d’euros et celui du café instantané à 5 M€. La firme Elite Romania en détient près de 50 % des parts.
Très amateurs de café, et buvant assez peu de thé, les Roumains doivent donc restreindre leur consommation. Ils apprécient d’autant plus quand leurs amis étrangers leur en offrent un paquet, au même titre que le chocolat dont ils sont friands et qui se révèle de mauvaise qualité sur place.
 
La Roumanie entre réalité et littérature 
Bucarest Hebdo a demandé son point de vue à Bernard Camboulives sur la Roumanie à l’occasion du 14 juillet. Bernard Camboulives, enseignant, écrivain, collaborateur littéraire aux Nouvelles de Roumanie, réside à Belfort en France et est marié à une Roumaine. Voici les principaux extraits de sa tribune : .:Lire la suite:.
 
400 000 familles vivent avec l’argent venu de l’étranger
Environ 400 000 familles, soit plus d’un million de Roumains, vivent à partir de l’argent en provenance de proches installés définitivement à l’étranger ou y travaillant. Pour 30 % d’entre eux, il s’agit de leur seule source de revenus, 10 % travaillant occasionnellement, .:Lire la suite:.
 
Durcissement des contrôles aux frontières
Pour les six premiers mois de l’année, les services roumains de police aux frontières ont refoulé 370 000 de leurs concitoyens, soit le double, par rapport à la même époque, de l’année dernière, 2 860 000 étant autorisés à sortir du pays. Les raisons invoquées sont l’impossibilité de subvenir à ses besoins (100 € par jour pendant 5 jours sont, en principe, exigés pour accéder à l’Espace Schengen) ou de prise en charge, d’assurance médicale et de billet aller-retour. .:Lire la suite:. 

Breves

 
Des billets de un million de lei en attendant le leu lourd
La Banque Nationale de Roumanie s'apprête à mettre en circulation un billet de un million de lei (26 euros, 170 F). Jusqu'ici, la plus grosse coupure était de 500 000 lei. La BNR hésitait a prendre cette décision, redoutant de provoquer un choc psychologique et un encouragement aux comportements inflationnistes, mais il s'est rendu aux arguments des agents économiques, notamment des banques d'affaires dont les transferts de fonds devenaient trop volumineux.
Ce nouveau billet pourrait, d'ailleurs, avoir une existence éphémère, le gouvernement laissant à nouveau entendre qu'il procèdera à une réforme monétaire après les élections de fin 2004, introduisant un leu lourd, avec sans-doute quatre zéros en moins (un leu vaudrait 0,26 euro ou 1,70 F actuels).
La nouvelle coupure sera illustrée par un portrait de l’écrivain Ion Luc Caragiale, qui a été finalement préféré à Nadia Comaneci et à la reine Maria, épouse du roi Ferdinand 1er, promotrice de la Grande Roumanie.
 
La Roumanie membre du Conseil de Sécurité de l’ONU
La Roumanie siège à partir du 1er janvier 2004, et pour une période de deux ans, au Conseil de Sécurité de l’ONU, remplaçant la Bulgarie. Un tiers des quinze membres non permanents du Conseil sont renouvelés chaque année, leur choix étant effectué par les groupes régionaux des pays et s’étant révèlé, pour la première fois unanime. Ainsi, l’Algérie remplace la Guinée pour l’Afrique du Nord; le Bénin, le Cameroun; le Brésil, le Mexique; les Philippines, la Syrie. La fin 2004 marquera l’échéance des mandats de l’Angola, du Chili, de l’Allemagne, de l’Espagne et du Pakistan.
Les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité, avec droit de veto, sont la Chine, les USA, la Russie, la France et la Grande-Bretagne.
Salaire minimum inférieur aux subventions de l’UE pour une vache
Ancien Premier ministre de Ion Iliescu, Theodor Stolojan a fait sensation devant les étudiants de Brasov, en comparant les conditions de vie des Roumains à celle des Occidentaux. « Le salaire minimum en Roumanie est aujourd’hui de 67 € brut (440 F, 50 € net, soit 300 F)… alors que les paysans européens touchent de l’UE une aide de 75 € (500 F) par vache » s’est-il exclamé.
L’actuel président du PNL (Parti National Libéral, opposition), professeur à la Faculté de Sciences économiques de Brasov, s’exprimait à l’occasion de la rentrée universitaire. Il a préconisé l’instauration de bourses privées pour les étudiants, déductibles des impôts sur les profits des entreprises et a dénoncé « la politisation menée par le PSD (Parti Social Démocrate, majorité) dans de nombreuses universités, ce parti plaçant ses jeunes cadres locaux comme directeurs dans les cités et autres établissements universitaires ».
 
.:COUP DE COLERE:.  
Au tour du « Petit Robert » de faire place
dans son dictionnaire aux clichés sur la Roumanie
Habitués depuis des années à voir leur image systématiquement bafouée dans le pays qu’ils estiment être le plus proche d’eux, les Roumains ne réagissent plus guère que par fatalisme quand un nouvel avatar survient. Pourtant, le dernier les a fait sortir de leurs gonds, principalement les intellectuels et Francophones (restera-t-il un jour des Francophiles ?) qui ont été blessés par l’humiliation que leur a fait subir un monument de la culture et du prestige français, présent dans tous les foyers qui ont la possibilité de se l’offrir, à savoir « Le Petit Robert ».    .:Lire la suite:.

 

 Boutique

 

 Découvrez la revue"Les nouvelles de Roumanie"

Les Nouvelles de Roumanie
Bimestriel édité par ADICA
Association pour le Développement
International, la Culture et l’Amitié8 Chemin de la Sécherie 44 300 Nantes
Tel : 02 40 49 79 94, Fax : 02 40 49 79 49
E-mail : adica@wanadoo.fr